Concrete jungle, hélioscopie cinétique, 2013-2015, photographie argentique couleur, tirage Lambda contrecollé sur dibbond, 90 cm x 90 cm

La surimpression est utilisée pour enregistrer sur un même négatif argentique le parcours des ombres produites par le déplacement du soleil dans des espaces architecturaux déshumanisés. A la question des dégradés de gris s’ajoute le désir de réinterpréter le clair-obscur et de jouer, au niveau de la composition, avec des motifs géométriques simples, doublés de leurs ombres portées. Telle une dualité, une tension s’établit entre le sujet architectural fixe, immuable, et son ombre démultipliée, dynamique, voire cinétique. Le déplacement des ombres portées définit le tempo de chaque prise de vue dont l’accumulation fabrique l’image finale.

The idea is to consider photography in the same direction than the serigraphy, that is to proceed by coverings, successive coats. The general photographic exposure time is thus divided and final photography is obtained with the overprinting of these various coats. Several images of architecture build up on the same negative. Between two shots, the shadows move. This technique is used here to superimpose layers of time to show what is indistinguishable in reality.